Magalie, optimiste fibromyalgique

​Quand on croise Magalie Gouirand et son sourire éclatant, on a peine à imaginer les maux qui empoisonnent la vie de cette jeune maman de 40 ans.

Magalie est touchée depuis une dizaine d’années par la fibromyalgie. Tout a commencé par des malaises, des douleurs diffuses et une énorme fatigue. Elle a alors 30 ans, un conjoint attentionné, un emploi qui la passionne et s’adonne à son activité favorite, la danse, aussi souvent qu’elle le peut.

« J’avais l’impression d’être fatiguée et douloureuse en permanence », raconte-t-elle. Commence alors pour la jeune femme et ses proches un vrai parcours du combattant qui va durer quatre ans : consultations médicales, examens en tous genres, hospitalisations, multiplication des arrêts maladie, avec le plus souvent pour toute réponse « c’est le stress, la surcharge de travail ».

Son employeur est très compréhensif et lui confie un poste à mi-temps thérapeutique. Le mi-temps s’avère hélas ! très difficilement compatible avec le poste de cadre que Magalie occupe alors dans le service commercial d’une grosse entreprise.

Jusqu’à ce matin de 2011 où le diagnostic tombe : fibromyalgie. Elle est orientée vers le Centre de la douleur au CHU Bretonneau. On lui explique alors qu’elle va devoir faire un choix entre continuer ses activités ou prendre le temps de se soigner. « Tout s’écroule, ça a été un moment très difficile : j’allais devoir faire le deuil d’un travail que j’adorais et arrêter la danse. Je me demandais ce que j’allais devenir. »

Pour l’aider à accepter la maladie et ce qu’elle engendre, elle est suivie par un psychiatre cognitif comportementaliste. Un protocole pluridisciplinaire est mis en place : sommeil, kiné, médicaments, ateliers. A 35 ans, elle est licenciée pour inaptitude et reconnue Travailleur handicapé par la MDPH. Son invalidité est reconnue par la CPAM. « Mon conjoint a toujours été présent et attentif et m’a beaucoup soutenue, tout comme ma cellule familiale. »

Elle parle avec d’autres malades, entend les difficultés vécues par chacun, car l’entourage professionnel et amical, souvent, ne comprend pas.
Avec Laurence Lens, touchée aussi par la maladie, elles créent en décembre 2014 l’association Fibromyalgie Agir Ensemble. « Nous voulons venir en aide aux autres, les guider, les soutenir, se battre pour les mêmes valeurs », expliquent-elles.

L’association compte aujourd’hui cinquante-cinq membres et participe chaque année à la Journée mondiale de la fibromyagie à l’hôpital Bretonneau. Chaque mois, elle organise des groupes de paroles à Saint-Cyr, et un projet d’activités physiques adaptées est à l’ordre du jour 2018.
Magalie a retrouvé un travail à mi-temps d’AESH (Accompagnant d’élèves en situation de handicap) qui la comble. Et il y a seize mois, elle a donné naissance à Alexis. Quel beau message d’espoir et de joie de vivre !
Correspondante NR,
Annick Gasnault

https ://fibro-ensemble.jimdo.com. Contact au 06.95.54.06.46.

Loading...

Leave a Comment